retour à l'accueil

L'acné ça se traite

Pourquoi faut-il se traiter ?

L’acné, on n’en meurt pas.

Mais le visage est la partie du corps la plus impliquée dans les relations avec les autres2. Il n’est donc pas toujours facile d’assumer son acné, surtout à l’adolescence où le corps est en plein changement et où la personnalité se construit !

Plus d’1 jeune sur 2 est mal dans sa peau à cause de l'acné !
Les sentiments de souffrance provoqués par l’acné sont nombreux : tristesse, honte, colère. Les filles semblent plus vulnérables que les garçons au stress provoqué par l’acné.

* Résultats d’une enquête menée entre novembre 2004 et janvier 2005 auprès de 1566 jeunes ayant accepté de participer, dont 1018 ayant ou ayant eu de l’acné et 548 n’en ayant jamais eu.

Les jeunes jugent que l’acné perturbe :

Curieusement ce n’est pas toujours le nombre de boutons qui compte, mais plutôt la façon dont on vit son acné.

Ceux qui considèrent leur acné comme très sévère souffrent plus que les autres dans leurs relations et ont moins confiance en eux : ils ont une baisse de ce que l’on appelle « l’estime de soi ».
Certains jeunes se privent même d’activités courantes normales comme la pratique d’un sport à cause de leur acné. Parfois, le vécu de l’acné peut conduire à une véritable dépression qu’il ne faut pas négliger3.

Que tu aies un ou des dizaines de boutons, si tu en souffres, n’hésite pas à aller voir un médecin.

L’apparition de cicatrices (quelque soit leur intensité) est la première crainte des personnes atteintes d’acné4.
Il faut savoir que gratter et tripoter ses boutons augmente le risque d’avoir des cicatrices3.
La fréquence des cicatrices est difficile à estimer mais deux facteurs semblent les favoriser : la gravité de l’acné et le délai attendu avant de se traiter.
Plus le délai est long, plus les cicatrices sont importantes.

Le meilleur moyen d’éviter les cicatrices est de se traiter dès l’apparition des 1ers boutons !

Au lieu d’attendre que l’acné passe, il faut donc en parler… en particulier à un médecin qui est le seul à pouvoir prescrire un traitement adapté à chaque cas.

On ne le rappellera jamais assez : un traitement efficace et précoce est le meilleur moyen d’éviter les cicatrices !

Tu te sens mal dans ta peau, tu ne veux pas prendre le risque d’avoir des cicatrices : 2 bonnes raisons pour prendre les choses en main et se traiter sans attendre…

2 Enquête Fil Santé Jeunes et GEA.
3 Nicolay D, Jadoulle V. Pour une approche multidimensionnelle de l’acné juvénile compliquée de troubles psychopathologiques. Louvain Médical 2005;124(8):329-337.
4 Chivot M, et al. Cicatrices d’acné : épidémiologie, physiopathologie, clinique, traitement. Ann Dermatol Venereol 2006;133:813-24.